• LE MUSÉE

La vie aux côtés d'Édouard Bolduc

En 1914, Mary fait la connaissance d’Édouard Bolduc, un ouvrier de la Dominion Rubber, lors d’une soirée organisée par les Cousineau, les propriétaires du logement qu’elle occupe. Elle épouse celui-ci le 17 août de la même année. Tradition voulant, Mary prend le nom de son mari et devient Madame Édouard Bolduc. Rapidement, la famille s’agrandit. Toutefois, de ses 13 grossesses, seuls quatre enfants survivront : Denise, Lucienne, Réal et Fernande.

La familleÉdouard et Mary Bolduc et leurs enfants Denise, Jeannette et Lucienne en 1919. Jeannette est décédée en janvier 1921 Source: Musée de la Gaspésie. Fonds Madame Édouard Bolduc.À ce qu’on sait, la vie est loin d’être facile pour le couple. L’emploi d’Édouard ne rapporte pas beaucoup d’argent. L’un des plombiers de l’usine où il travaille l’encourage à apprendre la plomberie. Il étudie le soir et, en 1918, il obtient un emploi dans ce domaine. Cependant, le travail se fait rare et la famille vit dans la pauvreté. Pour y remédier, les Bolduc quittent Montréal en 1921 et tentent leur chance à Springfield, aux États-Unis. Ils prennent refuge chez Alice, la soeur d’Édouard. Malheureusement, leur condition empire; Édouard ne réussira jamais à se trouver un emploi stable. Au printemps 1922, la famille revient s’installer à Montréal. Édouard retourne à la Dominion Rubber et, pour augmenter le revenu familial, prend de petits contrats de plomberie le soir. De son côté, Mary ne travaille pas en raison de ses nombreuses grossesses.

De 1922 à 1928, la famille Bolduc organise des soirées musicales où ils invitent des amis gaspésiens. Plusieurs d’entre eux sont des musiciens talentueux ou des danseurs qui se produisent dans les Veillées du Bon Vieux Temps – des spectacles organisés par Conrad Gonthier au Monument-National.

Mary, pour sa part, avait appris par l’entremise de son père, le violon, l’harmonica, l’accordéon et la guimbarde. Elle excelle d’ailleurs comme musicienne. Roméo Beaudry, le directeur de Starr-Gennett, assiste à l’une de ses soirées et, devant le talent de Mary, lui propose d’accompagner deux de ses artistes sur disque.

Un soir de 1928, un violoneux des Veillées du Bon Vieux Temps est malade. Conrad Gonthier propose à Mme Édouard Bolduc de le remplacer. La musicienne accepte puisque la famille Bolduc a besoin d’argent – Édouard ne travaille plus en raison d’un problème de santé.



342, route 132, Newport
Québec, Canada
G0C 2A0

Téléphone : 418 777-2401
Télécopieur : 418 777-4701
Courriel : direction@labolduc.qc.ca