• LE MUSÉE

Les tournées

Devant son succès, les gens veulent voir Madame Bolduc sur scène. En 1930, elle reçoit une offre pour chanter lors d’un bal masqué à Lachute. Après cette apparition sur scène, elle reçoit un lot d’invitations qu’elle refuse. Toutefois, le Théâtre Arlequin lui propose un cachet si alléchant qu’elle ne peut décliner. S’en suit une tournée de trois mois au Québec avec Juliette d’Argère, mieux connue sous le nom de Caroline. Ensemble, elles achètent une voiture et partent en compagnie des comédiens Raoul Léry et Simone de Varenne et du pianiste, Paolo Nantel. La tournée connait un succès monstre.

En 1932, l’industrie du disque s’écroule. Starr-Gennett se voit contraint de suspendre quasi totalement ses activités. Mary se voit dans l’obligation de trouver de nouvelles sources de revenus. Elle décide de miser sur les tournées. Elle forme sa propre troupe, dirigée par Jean Grimaldi, qu’elle nomme La Troupe du Bon Vieux Temps. Le spectacle regroupe le comique Armand Lacroix, le chanteur Jean Grimaldi et Denise Bolduc, au piano. Édouard Bolduc participe lui aussi à un sketch, mais n’aimant pas son expérience, il décide de se retirer de l’aventure.

Les tournées se poursuivent d’année en année avec un égal succès. Au fil des ans, Madame Bolduc travaille au sein de différentes troupes dirigées soit par Jean Grimaldi soit par Henri Rollin. La chanteuse, accompagnée de ses troupes, se produit entre 1932 à 1940, dans toutes les régions du Québec, dans les provinces maritimes, en Ontario et en Nouvelle-Angleterre. Les spectacles ont lieu dans des églises, dans des salles paroissiales, dans des cinémas et même dans des granges. Pour publiciser ses spectacles, elle demande aux curés d’annoncer leur venue à l’église; en échange, elle leur laisse un bon pourboire.

Selon les disponibilités de chacun, sa troupe se compose de grands artistes. Pour n’en nommer que quelques-uns, elle s’est entourée de l’accordéoniste Albertine Villeneuve, du gigueur Gustave Doiron et des comédiens suivants : Olivier Guimond (père et fils), Rose Ouellette (La Poune), Juliette Pétrie, Manda Parent, Simone de Varennes, Simone Roberval, Raoul Léry, Jean Grimaldi, Henri Rollin, Paul Desmarteaux et André Carmel (Zézé).

En 1935, bien que l’industrie du disque connaisse encore les soubresauts du marché, la compagnie Starr-Gennett demande à Mary d’enregistrer un disque. Elle enregistre les chansons Les jumelles Dionne et Gaspésienne, pure laine. Le disque se vend mal. Loin de se décourager, Mary repart en tournée avec sa troupe. Partout, les spectateurs l’ovationnent.

La Bolduc en tournéeMary Travers Bolduc
Source: Un siècle à Montréal, Trécarré, 1999, p.140

342, route 132, Newport
Québec, Canada
G0C 2A0

Téléphone : 418 777-2401
Télécopieur : 418 777-4701
Courriel : direction@labolduc.qc.ca